10/11/2022

DAO :

Avenir des organisations humaines ?

”Posséder un objet qui symbolise sa liberté peut rendre un homme plus heureux que la liberté elle-même.”
Haruki Murakami

👋 Cher Wagmi Gang,

Bienvenue dans notre rendez-vous décryptage hebdo.

On continue de te partager cette révolution numérique, simplement mais sans simplisme !

Cette semaine, cap vers les « DAO », plus compréhensibles  sous la traduction : organisations autonomes décentralisées.

Tout comme pour les NFT, les cryptomonnaies ou les metaverses, les DAO commencent à prendre de l’ampleur.

Tu as dû en entendre parler dans le cadre de la Constitution Américaine, puisqu’en décembre 2021, 17 000 membres d’une DAO tentaient d’acheter l’un de ses 13 exemplaires originaux (Source). La tentative échoue mais les questions fusent.

Que représentent au juste les DAO ? Quelles nouvelles perspectives de gouvernance font-elles entrevoir ? 

Entre enjeux numérique, organisationnel et sociétal, on te révèle tout sur ce nouveau système décentralisé.

Bon réveil à nos côtés !

DAO : kesako ?

Créée en 2016 par Christoph Jentzsch, ancien testeur pour Ethereum, la DAO permettait à n’importe quelle personne d’investir et de participer à des levées de fonds d’un tout nouveau genre, les ICO (petit oubli ? No panic, refresh par ici).

Christoph émet alors l’idée d’un protocole qui permettrait à un groupe de personnes de soutenir une activité ou d’investir dans un NFT de manière autonome, décentralisée et transparente.

💡1. Plus concrètement : c’est quoi une DAO ?

« Il s'agit d'une entité qui vit sur Internet et existe de manière autonome mais qui dépend aussi fortement de la collaboration d'individus pour effectuer certaines tâches que l'automate lui-même ne peut pas faire » la définit Vitalik Buterin, co-fondateur de la blockchain Ethereum.

En termes (un peu plus) techniques : la DAO est une organisation régit par les règles de codage de la blockchain dans laquelle elle est inscrite. Le codage se fait par des smart-contracts qui agissent comme un « règlement intérieur », et peuvent par exemple imposer une limite de détention de tokens.

Dans « DAO » on a le A pour autonome et le D pour décentralisée.

  • Pourquoi autonome ?

Car les détenteurs du token de cette DAO agissent en tant que communauté affranchie de tout contrôle. Et oui, nous sommes aux antipodes d’une hiérarchisation pyramidale, comme on l’observe (couramment) au sein d’une entreprise classique !

  • Pourquoi décentralisé ?

Car les DAO n’obéissent qu’aux règles du/des smart-contract(s) et de la blockchain qu’elles utilisent. « Code is Law. »

Tout est donc inscrit dans son code via la blockchain. Pas de décision prise sans que toute la communauté n’ait un regard dessus.

NB, Communauté = groupe de personnes qui œuvrent ensemble pour créer de la valeur à travers un projet. Ces dernières ont acheté des tokens (ou jetons) reliés à la DAO en question. Enfin, chacune d’entre elle a un droit de gouvernance en fonction du nombre de jetons de la DAO qu’elle détient.

💡 2. Pourquoi utiliser une DAO ?

Tu l’auras compris, les DAO s’inspirent du modèle de gouvernance d’une entreprise classique avec la réunion d’investisseurs qui se partagent des parts/actions et offrent un certain nombre de droits.

De la même manière, plus tu possèdes des tokens au sein d’une DAO, plus ton vote au sein cette organisation décentralisée sera pris en compte.

Enfin, les membres sont rémunérés en fonction du nombre de tokens détenus.

Mais alors pourquoi vouloir favoriser un système de DAO vs un modèle de gouvernance dit classique ?

1. Autonomie, décentralisation et transparence

Le modèle DAO est 100% transparent : il se construit sur internet, de manière autonome et décentralisée. Toute prise de décision, tout droit exclusif ou toute position est visible et vérifiable, puisque le code d’une DAO est disponible en open source via la blockchain.

2. Communauté favorisée :

« Si la communauté excelle dans l’art de gérer la gouvernance, tout le monde en partage les bénéfices. L’absence de tierce partie proposée par la technologie blockchain peut payer » souligne Mark Cuban, homme d’affaires impliqué dans la création de NFT.

Avec une DAO, personne ne pourra manipuler l’information, puisque tout est réalisé avec l’accord de la communauté. Résultat ? L’horizontalité est privilégiée dans les prises de décision, et l’intérêt commun est défendu (#userpower).

3. Confiance restaurée :

François Dorléans, le fondateur de Stratumn (entreprise qui traite de la traçabilité dans la blockchain) assure que la confiance est restaurée : « la blockchain résout à la fois la problématique de la confiance en traçant et en sécurisant chaque transaction, celle du contrôle des frontières de la communauté et du respect de ses règles. »

4. Organisation sans frontières :

La DAO est règlementée par des smart-contracts. Puisqu’il s’agit de règles « gravées » au sein de la blockchain, quel que soit l’environnement, le pays de provenance ou la position des personnes, tous les détenteurs du token auront le même service 24h/24.

5. Simplicité :

Si on trouve assez de personnes pour constituer une communauté finançant la DAO, on peut en lancer une. A l’inverse, on peut rejoindre une DAO en achetant des tokens, sans demander l’avis de quiconque. Finito les coûts superflus et la paperasse fastidieuse !

Maintenant que l’on a compris les différents aspects d’une DAO, dans quel but voudrait-on les mettre en place ?

Quels sont les différents types de DAO ?

Une DAO remplace le modèle classique de l’organisation humaine hiérarchisée par celui de la transparence et de la collaboration horizontalisée.

Il existe plusieurs sortes de DAO qui défendent chacune un objectif précis :

1. DAO de protocole

Il s’agit des DAO qui offrent des services financiers décentralisés (DeFi) aux utilisateurs. Les jetons acquis pour faire partie de la communauté deviennent l’outil de mesure de vote pour mettre en œuvre le protocole et les changements budgétaire.

Exemples de projets : Uniswap, Curve, Yearn, Synthetix, (…).

2. DAO d'investissement

Originellement, le système connu veut qu’un individu ne peut prétendre à être investisseur que s’il appartient à une certaine forme d’élite ou bien, si les actionnaires lui permettent de le devenir.

Une DAO d’investissement déconstruit ce modèle.

Tant que tu possèdes un wallet et des cryptos, il sera possible à chacun.e d’investir dans tout type de projets : une équipe de basket, une ville (Source), la Constitution Américaine (Source), par exemple.

Les DAO d'investissement sont un moyen transparent et inclusif d'investir dans des projets divers et variés.

3. DAO de collection

Et si quelqu’un.e voulait faire partie du BAYC, ou qu’il/elle souhaitait collectionner plusieurs œuvres d’art sous forme de NFT, et ce, sans qu’il en ait le budget ?

On parle alors de DAO de collection qui permet de réunir un groupe d’amateurs d’art, (cf DAO ApeCoin).

Tous les membres de cette organisation mettront en commun des cryptomonnaies afin d’acquérir un NFT. S’ils votent un jour à la majorité pour vendre ce NFT, ils se diviseront les profits selon le nombre de token achetés au départ.

Chacun.e, avec ses moyens, peut investir en partie dans une œuvre d'art par exemple ; terminé le marché exclusif de l'art !

4. DAO de service

Avec une DAO, tu peux faire évoluer une startup en faisant participer une communauté de développeurs ou encore de marketeurs, tous réunis autour du même objectif.

De la découverte à l’acquisition de nouveaux employé.es, une DAO peut devenir un vivier de talents. On peut citer MetaverseDAO, ou encore DaoHaus.

5. DAO social

La communauté derrière une DAO social apporte le format du réseau social sur une blockchain. Comment ? En permettant d’avoir une plateforme décentralisée d’échanges et d’interactions. Par exemple, la DAO Friends with Benefits rassemble des artistes qui proposent des événements réservés aux membres.

6. DAO des médias et du divertissement

100% transparentes et décentralisées, ces DAO d’écritures de scénarii, de réalisations de films et de contenus créatifs sont axées sur l’intérêt du groupe.

On peut te citer Mirror, une DAO rassemblant un groupe de personnes qui défend les intérêts des meilleurs écrivains et publications du monde entier. Et pourquoi pas décider un jour, via un système de vote, de la tournure d’un personnage dans une fiction ?

Et bien sûr, Sarah Lelouch, fondatrice de la Diversité du Cinéma Français dont le Wagmi Talk a été diffusé vendredi dernier !

La DAO apporte un nouveau regard sur le système de gouvernance tel qu’on l’a connu jusqu’à présent, davantage orientée vers une collaboration plus poussée, et portée par une communauté engagée.

Avec la démocratisation des usages du web 3, les DAO deviendront-elles monnaie courante ?

DAO : quel impact sociétal ?

Entre responsabilité sociale, harmonisation des objectifs et outil de soutien, la DAO privilégie l’intérêt du groupe, contrairement à un organisme classique centralisé.

Tu te demandes quel impact ce modèle d’organisation autonome et décentralisé pourrait avoir ? 

On en a relevé quelques-uns.

💡 1. L'impact dans la confiance entre tiers

i) Création de valeur collective

Zack Bronstein, directeur d’Endaoment (organisme de charité tourné vers la crypto) déclare : « Les DAO peuvent accomplir encore plus [...] : la responsabilité sociale et l’investissement d’impact. Avec les membres servant de parties prenantes et de décideurs clés à chaque organisation, ces communautés sont déjà prêtes non seulement à redonner aux causes qui leur tiennent à cœur, mais aussi à créer par la suite une boucle de rétroaction positive. ». 

En bref, la DAO ne laisse pas de place à l’individualisme. Elle permet de créer de la valeur sociale.

On peut citer comme exemples de DAO, KlimaDAO ou ClimateDAO, qui ont été créées pour lutter contre le changement climatique.

1 jeton = 1 tonne de réduction de carbone vérifiée et tokenisée.

ii) Outil de crowfunding

Littéralement « financement par la foule », le crowdfunding est un système de financement participatif qui permet le soutien envers un projet.

Avec le modèle DAO, on peut appeler les individus intéressés à soutenir une activité, un projet ou même une association caritative. Et la confiance règne, puisqu’avec un code open source, on peut suivre tout transfert de don !

Par exemple UkraineDAO lève plus de 8 millions de dollars en quelques semaines pour soutenir la population locale face à la guerre (Source).

On peut également citer VitaDAO, qui utilise le DAO comme système de financement participatif pour soutenir la recherche en soins de santé.

💡2. L'impact dans le mode de fonctionnement des organisations

i) Systèmes de gouvernances autonomes

Le modèle DAO bouscule les modes de fonctionnement de gouvernance traditionnelle : exit le directeur général ou les membres d’un conseil d’administration. Exit aussi les réunions, la supervision à outrance : la communauté détenant les tokens proposera des projets et prendra les décisions tout en respectant les conditions définies par la blockchain (dans laquelle la DAO est inscrite).

Nous pouvons citer la DAO Bankless qui encourage ses utilisateurs à prendre le contrôle de leurs actifs financiers en adoptant des systèmes décentralisés et sans permission. Une banque 2.0 autonome, en somme.

ii) Flexibilité du modèle

Tout membre de la DAO peut proposer, se réunir et voter pour une décision. Quel que soit son pays de provenance, et ce, 24h/24, ce qui rend le modèle DAO très flexible.

Kinjal Shah souligne que la DAO peut « avoir beaucoup plus d’expérimentation et de flexibilité ». Associée de la société Blockchain Capital, cette entrepreneuse co-fonde la DAO d’investissement Komorebi Collective qui encourage les femmes et les non-binaires à créer des startups web 3. Sa levée réalisée en 2021 ? 400 000$ (Source).

💡3. L'impact dans le système des votes

Grâce au code développé pour qu’une DAO soit créée, transparence et immuabilité sont de mises.

Tous les membres de la DAO peuvent soumettre une idée au vote, examiner les réponses et vérifier la bonne application des règles.

i) 1 jeton d’une DAO = 1 droit de vote

Ce droit permet de donner son avis de manière démocratique, et pourrait marquer un tournant quant aux systèmes de votes traditionnels.

Exemple avec le metaverse Decentraland, organisé comme une DAO, qui propose à tous ses membres détenant ses tokens de voter lors de prises de décisions.

Récemment, une utilisatrice proposait l’ajout de sa boutique de vêtement virtuelle à un catalogue spécifique au metaverse (Source). Suite au vote de la communauté, elle reçoit une réponse négative.

Un système démocratique et transparent mais pas forcément favorable à toutes les propositions.

ii) Copropriété et syndic

Le modèle DAO peut également avoir un impact dans le monde de l’immobilier.

Chaque immeuble/propriété doit avoir un syndic pour administrer et gérer ses finances. Dans les faits, seulement 30% des copropriétaires d’un immeuble assistent aux assemblées générales (Source).

Cette absence peut engendrer des conséquences pour les copropriétaires non représentés, voir un blocage dans la prise de décisions.  Sans compter, les frais souvent très importants « soutirés » par les syndics saupoudrés d’une transparence … parfois toute relative.

Solution ? Le modèle de DAO = dématérialisation des réunions, transparence des actions et des coûts, système de gouvernance affranchie des syndics, et des copropriétaires aux rênes de leur copropriété.

En France, la loi Elan (article 2011 sur l’évolution du logement, de l’aménagement et du numérique) encourage la pratique courante de la blockchain. Elle permet le vote par visioconférence ou autres moyens numériques permettant l’identification du copropriétaire.

La technologie blockchain permet déjà de certifier, tracer et automatiser des documents : actes notariaux, cadastres, documents juridiques, (…). Alors, là encore, pourquoi ne pas changer les systèmes de votes des syndics de copropriété en offrant de nouvelles perspectives ?

En bref, une DAO est la réunion de plusieurs personnes autour d’un objectif commun.

Grâce à la blockchain, ce nouveau modèle d’organisation permet inclusion, transparence et décentralisation.

S’il n’existe pas encore de réglementations juridiques à ce jour encadrant les DAO, ce modèle intéresse de plus en plus les organisations, les institutions, entreprises, justiciables, tout le monde finalement.

Point info : Aux États-Unis, certains Etats reconnaissent officiellement les DAO comme des personnes morales. Le Wyoming a même modifié son code d’entreprise en ce sens (Source), le Vermont (Source) ou encore le Tennessee (Source) ont également mis en place aussi une législation portant sur les DAO.

Et demain ?

Tu l'auras compris, la mission des DAO vise à regrouper des personnes avec autonomie et sans contrôle centralisé, en vue de lancer un projet et d’en tirer un profit.

Cher Wagmi Gang, tu commences à bien nous connaître, et vois où nous souhaitons t’emmener.

Ouvre tes chakras, et les pistes de réflexion et d’interrogation : quid d’un cadre réglementaire clarifiant le système et le modèle des DAO ? Doit-on permettre aux DAO d’avoir une personnalité juridique afin d’assurer leur stabilité ? Et demain, verra-t-on les présidentielles 2027 encadrées par des DAO ou de futures associations caritatives migrer en DAO pour éviter les élans (parfois) corruptibles ?

Enfin, les promesses de décentralisation et d’harmonie communautaire, socles des DAO, seront-t-elles pérennes ? 

Notre rdv décryptage touche à sa fin. Mais bonne nouvelle, on se retrouve dès demain, jour férié (car naissance de la grand-mère – solaire – d’Alex) pour un Wagmi Talk !

Douce journée,

Khaoula & Alex 💛

Partager cet article

Nous avons sélectionné pour toi d'autres articles qui peuvent t'intéresser

Au fait, c'est quoi la Blockchain?

Le Web 3.0 en un coup d'oeil

Smart Contract : Capice?