Décryptage

08/09/2022

Metaverse et immobilier : pourquoi s'y intéresser ?

"La persévérance, c'est ce qui rend l'impossible possible, le possible probable, et le probable réalisé."

Bienvenue dans notre rendez-vous décryptage du jeudi qui vise à te faire comprendre simplement (et sans simplisme) les enjeux, concepts et fondements du Web 3.

Aujourd’hui, cap sur un sujet qui passionne les foules (et nous aussi par la même occasion) : le Metaverse et l’immobilier. No panic si c’est encore flou pour toi, relis notre Newsletter. Tu t’es remémoré le concept ? Poursuivons.

On parle d’immobilier dans le Metaverse : quel intérêt ? Est-ce un investissement sûr et durable ? Quelles perspectives ?

C’est vrai qu’on s’est lancées encore un challenge ; ça pourrait être un sujet de thèse d’un ingénieur, d’un financier en gestion de patrimoine et même d’un comptable comme Houssen dont on a dressé le portrait mardi !

No stress, nous t’apportons tous les éléments pour t’ouvrir les chakras et t’expliquer en quoi l’inter-corrélation Metaverse et immobilier va bouleverser nos usages d’ici une décennie maxi.
Dernière chose : please, réponds au quizz à la fin de ta lecture :
ludique et interactif, il nous permet de mieux comprendre ce que tu aimes (ou pas), ce que tu as compris (ou pas), si la direction que nous empruntons est la bonne (ou bof) !

C’est bon, bien installé-e avant ta journée marathon : à vos marques, prêt-e, partez !

Psssst : ces rdv décryptages resteront gratuits même quand on aura des dizaines de milliers de lectrices et de lecteurs ! 

Convaincues que cette révolution numérique va bouleverser profondément notre société, Wagmi Trends œuvre pour l’inclusion numérique qui rime, pour nous, avec accessibilité, décorticage (mais sans prise de chou).

Metaverse et terrains virtuels : kesako ?

L’immobilier au sein du Metaverse, ça aurait pu être de simples visites virtuelles de bâtiments en 3D. Que nenni ! Il s’agit de posséder un terrain virtuel en achetant directement des « lands » sur des sites de Metaverse. 

Pour te lancer dans cet investissement, encore te faudra-t-il créer ton wallet (cf notre tuto).

Les terrains achetés sont des NFT, des titres de propriété inscrits dans la blockchain.

Tout comme l’achat d’un terrain dans la vie réelle, le prix dépendra de sa localisation, des biens qui l’entourent et de son nombre : la fameuse loi économique de l’offre et de la demande. 

Tout comme également dans la vie réelle, les espaces sont délimités et les propriétaires de ces « lands » virtuels peuvent acheter, vendre, louer, et construire. Facile non ?

La différence avec la vie réelle, c’est que c’est ton avatar qui se promène autour de ces terrains, visite les lieux, interagit avec d’autres avatars, et achète. Bref, toi en virtuel en somme.

Ces achats numériques seront immédiatement accessibles dans la vie réelle, comme lorsque tu achètes un e-book pour ta liseuse !

Marketplace virtuel : quels acteurs ?

J’ai bien compris qu’une question te brûlait les lèvres : mais où se trouve donc ce marché de l’immobilier virtuel ? 

Quatre Metaverses se démarquent : 

*The Sandbox (produit 100% french) ;
*Decentraland ;
*CryptoVoxels ;
*Somnium Space.

Chaque plateforme détient sa propre cryptomonnaie. 

Ces 4 Metaverses totalisent presque 300 000 terrains et atteignent les 500 millions de dollars au premier semestre de 2022 (Source). #moneymoney.

The Sandbox est THE plateforme où les « lands » sont les plus chers car il représente (avec Decentraland), presque la globalité du marché. Les plus grandes marques et les célébrités s’y retrouvent ! 

Si tu es fan de Snoop Dogg et que tu souhaites acheter un terrain près de son manoir virtuel, il te faudra débourser la modique somme d’au moins 458 000 dollars (dispos en cryptos dans ton wallet, source) ! C’est juste un exemple hein ! Je te l’accorde, priorité donnée à l’investissement dans la vie réelle.

Investissement immobilier d'un nouveau genre : quel intérêt ?

Ce marché virtuel suscite un intérêt grandissant de la part des marques, des célébrités et même des particuliers. Et pour cause ! En possédant un terrain, une marque ou un particulier peut y faire ce qu’il veut. Oui, mais quoi ? Et quel en est l’intérêt ?

1. Mettre un pied dans le Metaverse
Historiquement, The Sandbox ou Decentraland sont des sites de jeux virtuels : on crée notre avatar, on interagit avec les autres, on se balade à notre guise dans ce monde virtuel, et basta ! Un peu à la sauce minecraftesque : très gaming aux origines, donc.

Maintenant que les NFT y ont été introduits, tu peux y faire l’acquisition d’une parcelle de terrain, visiter la maison Hermès, ou même faire la fête dans le manoir virtuel de Paris Hilton. Compliqué dans la vie réelle n’est-ce pas ?

Objectif : bâtir sa communauté en proposant notamment des expériences immersives et interactives : mini-jeux, concerts, sessions de rencontres.

Plus de 200 marques, comme Nike, Gucci ou encore Warner Music ont déjà investi !

Alors, ça te dit d’aller contempler des œuvres d’art dans une galerie, de jouer au casino ou simplement de te promener sur la réplique de la 5e avenue de New York City ?
2. Construire une relation unique et nouvelle

Au fond, que recherche une entreprise ? Un maximum de visibilité ! Et comment obtiendra-t-elle ce maximum de visibilité ? En se démarquant de ses « competitors » de talent.

Le Metaverse offre aux marques une importante (énormeeeee !) vitrine publicitaire en rassemblant une communauté située aux quatre coins du monde via des expériences immersives de plus en plus sophistiquées. No limits.

Eh oui, une marque, en possédant une « land », va construire des bâtiments, non pas pour y habiter mais pour rendre public/visible/accessible son univers. Ce terrain va la représenter, une sorte d’ambassadeur du Web 3 intégrant des expériences monétisées pour les visiteurs (vernissages, ventes privées…). Exit le re-ciblage pub made in Web 2.

L’intérêt ? Générer un maximum de trafic sur son lieu de vie virtuel et faire connaître ses produits. Un peu comme le fait la pub à la télévision finalement ! A la différence que dans le Metaverse, tu fais la démarche de te rendre dans ta boutique préférée ; tu n’es pas statique devant ta télé à te faire inonder de messages publicitaires contre ton gré.

Bref, tu l’auras compris, une marque peut faire de son espace ce qu’elle veut, histoire de se rapprocher de toi, et d’être présente à chaque instant.

Révolutionnaire et/ou nouvelle aubaine économique me diras-tu ?

Cf : « use case » Carrefour qui a investi 300K€ pour un terrain de 36 hectares en janvier dernier sur The Sandbox pour y faire passer (entre autre) des entretiens d’embauche à ses futurs cadres (vidéo Youtube par ici).

En bref, l’intérêt pour les entreprises qui s’y installent est de marquer leur présence virtuelle sur le Web 3 afin de moderniser leur image tout en renforçant la relation qu’ils entretiennent avec leurs clients, leurs candidat-es, et plus globalement leurs communautés. 

Car le Web 3 c’est avant tout cela : la communauté.

Metaverse : investissement risqué ?

Le virtuel reproduit le réel : l'offre de biens virtuels est limitée. Chaque parcelle d'un bien immobilier virtuel signifie que l’on possède un fragment de terrain unique dans un monde du Metaverse choisi.
Autrement dit, on peut construire des propriétés qui génèrent de la valeur, comme des bâtiments à louer pour les grandes marques ou des lieux interactifs qui font payer l'entrée (promotions d’une marque par exemple).

Une stratégie qu’a eu l’entreprise Republic Realm dès 2021 en réalisant le plus gros achat de parcelle de terrain jusqu’à ce jour : 4,3 millions de dollars sur The Sandbox. L’idée ? Investir pour pouvoir louer la majorité du terrain à d’autres entreprises lorsqu’il y aura plus d’utilisateurs !
Cette nouvelle forme de monétisation engendre des questions sous-jacentes : quelles frontières entre mondes physique et virtuel ? Quelle garantie de la préservation des terrains virtuels achetés en cas de fermeture d’un Metaverse pour x raison ?
Raison pour laquelle, les terrains sur The Sandbox se vendent aussi chers : il est perçu comme le Metaverse le moins susceptible de disparaître.

Et demain ?

De nombreuses questions se posent ici, notamment angles marketing /utilisateurs / marques : le Metaverse remplacera-t-il les réseaux sociaux du Web 2 ? Quid des prochaines activations marketing, publicitaires ? Est-ce que les marques achèteront toutes des immeubles / appartements pour proposer  à leurs communautés des expériences immersives toujours plus poussées ? Comment va se développer l’expérience utilisateur/l’équipement pour démocratiser les usages liés au Metaverse ?

 Ou encore, sur le plan légal : quelles réglementations seront développées en matières de droit de l’immobilier, notarial, de propriété intellectuelle, de régulations pour préserver les consommateurs ? Quid des prêts attribués au système financier pour l’achat d’appartements en cryptos au sein de Metaverses ? 

Enfin, côté métiers : quelle sera l’émergence des nouveaux métiers liés à ce changement de paradigme sociétal ? Et/ou la transformation des métiers ‘traditionnels’ de l’immobilier, juridique, de comptabilité (…) ? 

Tu l’auras compris, complexe et passionnant ! 

Maintenant que tu as une grille de lecture étoffée, en avant pour le quizzzzz !

Partager cet article