Décryptage

12/06/2022

Minage et Ecologie

"I'm sailing, I'm sailing (...) to be near you, to be free." Rod Stewart, Sailing

Nous sommes heureuses de te retrouver en cette fin de semaine pour notre rendez-vous décryptage / réflexion libre. 

Sujet du jour : écologie et minage sur fond de Rod Stewart pour réchauffer les coeurs, sentir le grand large, ses horizons, et ses embruns. Nous remercions Mère Nature de nous offrir tant de beautés.

Pour revenir sur la terre ferme, nous consacrerons prochainement un projet bien plus ambitieux et investiguerons sur ce sujet en interviewant des profils, les plus variés possibles : climatologues, scientifiques, mineurs, politiques, développeurs et toi, WagmiSta. 

Puisque ce Media est le tien, il sera également intéressant, le moment venu, que tu nous partages ton point de vue sur la question.

En attendant, on va poser les axes de pensée.

Notre objectif du jour : continuer à te prouver que le Web 3 constitue une véritable révolution numérique et que son impact éclabousse bien tous les pans sociétaux. 

Un dernier point : le ton du jour sera plus sobre que d’habitude car le sujet est grave, bien que Monsieur Desproges ne partagerait pas notre retenue : “Il faut rire de tout. C'est extrêmement important. C'est la seule humaine façon de friser la lucidité sans tomber dedans.” 

Démarrons !

Petit rappel : qu'est ce que le minage ?

Le minage est intimement lié à la blockchain ; nous t’invitons à te replonger dans notre Newsletter sur la blockchain.

Tu as donc compris que miner ce n’est pas creuser dans la terre pour en extraire du charbon ou des pierres précieuses, tu t’en rappelles… Rassure-nous ?

Exemple concret de la vie, initié par Claire Blava (Directrice des secteurs blockchain et cryptos de KPMG (Source), le minage : "c'est comme si vous vous trouviez devant une porte d'immeuble, sans avoir le code pour rentrer."

Bon, pour en être sûres, on revient quand même rapidos sur le concept : le minage c’est le procédé de validation des transactions faites sur la blockchain et validées par un groupe ou par un bloc. 

Cette validation par un groupe ou par un bloc (appelée “protocole de consensus”) permet d’assurer que tous les registres ont bien la même version.

Cryptos, minage et énergie : un cocktail explosif ?

Faisons un rapide tour d’horizons. 

Fin 2021 : la Chine stoppe les transactions de crypto-monnaies non par souci écologique mais les considérant comme une menace pour son système financier et économique.

Du coup, les States et le Kazakhstan notamment, ont attiré l’industrie du minage.

L’Empire du milieu exploitait l’énergie hydraulique alors que le charbon et le gaz sont désormais massivement utilisés pour miner. Ce qui aggrave bien sûr la situation environnementale.

Par ailleurs, les calculs devenant de plus en plus complexes (pour vérifier les transactions sur la blockchain), la consommation énergétique (en électricité) ne cesse d’augmenter.

Trio Bitcoin-minage-énergie : quelques datas clés

  • 1 seul appareil de minage = 20 000 kWh/an, soit 33 fois plus énergivore qu’un un ordi lambda allumé 8 heures ;

 

  • Bitcoin (sa capitalisation pèse plus de la moitié des liquidités du marché des cryptos) :

= produit autant d’électricité que la Finlande ;

= ⅓ de la consommation électrique de toutes les infrastructures numériques dans le monde ;

= 41 Méga Tonnes de CO2 en 2021.

NB : compliqué d'avoir une data exacte sur la consommation énergétique du Bitcoin pour 2 raisons :     i) le nombre évolue rapidement ii) les mineurs communiquent peu/pas sur leurs chiffres.

Initiatives en faveur de l'environnement

1. Mutualisation des appareils regroupés dans des fermes de minages ;

2. Utilisation des énergies renouvelables comme les gaz de torchage (combustion du pétrole) ;

3. Création de nouvelles cryptos engagées ;

4. Projet Energy Web : optimisateur et régulateur d’énergie ;

5. Publication du rapport Crypto Climate Accord que nous t’invitons à lire. Objectif ? Faire passer l’ensemble des cryptos sur des sources d’énergies renouvelables d’ici la COP 2025.

Et demain ? Ou plutôt, et tout de suite ?

Et demain/maintenant, cher-e WagmiSta, il faut agir. 

Bien sûr que les cryptos sont une nouvelle source d’émission de CO2. Mais elles ne sont malheureusement pas le seul sujet qui nous renvoie à la précarité de notre espèce - menacée

Il y a aussi…

  • Le système monétaire et bancaire actuel :

Systèmes de paiements par CB, serveurs des banques, bourses, succursales et guichets automatiques, argent liquide, distribution (véhicules blindés pour distribution), coût de la fraude, hébergement des données via des clouds (...). Difficile d’avoir une data globale pour mesurer l’impact carbone vs celui du minage mais *son empreinte (*celle du système monétaire et bancaire dit “classiques”) doit être colossale.

  • Internet

Si Internet était un pays, il serait le 3ème consommateur d’électricité au monde, derrière la Chine et les États-Unis (Source).
Le numérique consomme au total 10 à 15% de l’électricité mondiale, soit l’équivalent de 100 réacteurs nucléaires. Et cette consommation double tous les 4 ans !

Internet pollue 1,5 fois plus que le transport aérien et devrait être - dans un future proche - la 1ère source mondiale de pollution.

  • Rappelons enfin que les émissions mondiales de CO2 dans l’atmosphère sont de 32 milliards de tonnes (Source).

Cher WagmiSta, nous allons ouvrir ici les perspectives de réflexion : la moitié des gaz à effet de serre produite par Internet provient de l'utilisatrice/l’utilisateur (50%), l’autre moitié étant divisée entre le réseau (25%) et les datas centers (25%).

Alors, oui il faut légiférer, encadrer et informer sur l’impact environnemental lié au minage mais il faut aussi encadrer, légiférer et informer sur l’impact de notre consommation d’Internet sous toutes ses formes

Si tu aimes notre newsletter, partage-la à ta famille, tes voisins, tes copains, ton pharmacien, ta boulangère, ta fromagère, ta grand-mère (...)

Bref, à tout le monde !

Partager cet article