06/10/2022

Web 3 et éducation : le temps est bon, le ciel est bleu ?

« Celui qui n'a pas d'objectif ne risque pas de les atteindre.» Sun Tzu

Education - web 3 : contextualisation

Maintenant que tu maîtrises les différences entre web 1, 2 et 3 (au cas où, réfère-toi à notre newsletter), tu te demandes probablement en quoi le web 3 va venir bouleverser le pan éducatif. Et c’est une excellente question.

Avant de te répondre, bref récapitulatif sur l’évolution de l’éducation avec le déploiement d’Internet :

➡️ Education version web 1 : l’enseignement et l’apprentissage se limitaient aux transferts de connaissances au sein même des établissements. Concrètement, on est en classe, on écoute notre prof, sans broncher.

➡️ Education version web 2 : les portails d’éducation en ligne se sont déployés. Depuis la crise sanitaire de 2020, des écoles de formations, aux universités en passant par les écoles primaires, ont dû s’adapter aux confinements à répétition en proposant des cours en ligne. 

Fenêtre de socialisation dans un contexte extrêmement difficile d’enfermement physique, les français ont répondu présents avec +190% de cours en ligne visionnés sur l’année 2020 uniquement (Source). Une plateforme internationale de cours en ligne, Udemy, a même explosé tous les records avec +421% de hausse de fréquentation (Source).

➡️ Education version web 3 : ère de la décentralisation = toutes les ressources et toutes les datas sont en « open access ». Exit les cours en amphis ou en classes, le web 3 permet un accès à l’éducation à un plus large public, et également à d’innombrables sources ! Toutes les compétences acquises pourront être stockées et validées sur la blockchain. Comment ? En authentifiant la « preuve de compétence » ou justifications des diplômes, formations, socles de connaissances emmagasinés (Source). 

Education dans le web 3 : quel besoin ?

Bonne nouvelle, le système éducatif actuel évolue via sa digitalisation 🙌 .

Néanmoins, il est heurté à des limites que le web 3 souhaite améliorer, et dont voici quelques exemples :

1- Une accessibilité pénalisante 

Depuis toujours, les étudiants et les enseignants doivent se déplacer afin de se rendre dans un établissement. Résultat ? Une accessibilité variable aux établissements selon son lieu d’habitation. 

Nous l’avons vu depuis la pandémie de 2020, les cours digitaux ont permis à toutes et tous de pouvoir suivre l’enseignement de manière continue, sans être pénalisé-e selon son lieu de résidence.  Et crois-le bien, ça change considérablement les perspectives de succès ! 

2- Des coûts élevés 

Hormis les universités et les campus de France soutenus par les pouvoirs publics et offrant des frais d’inscriptions moindres, la plupart des formations en ligne reste aujourd’hui onéreuse et donc inenvisageable pour beaucoup de jeunes qui n’ont pas la chance d’avoir un soutien financier.  

3- Des Fraudes de diplômes et une centralisation de l’information

L’ensemble de tes informations (identités, diplômes…) est centralisé au sein des établissements et tu n’en es pas le ou la propriétaire. Imagine que celui-ci soit victime d’un « hacking » ou qu’il ferme ses portes : tu perds tes diplômes ou tes attestations de réussite. 

Si on pousse le bouchon un cran plus loin, il est également tout à fait possible de falsifier un diplôme ou une carte d’étudiant-e via des techniques type Photoshop par exemple.  

4- Limite des compétences pratiques

Big inconvénient du système éducatif : la course au diplôme éloigne les jeunes de la formation pratique, et l’évolution des cours académiques n’est pas toujours en phase avec les enjeux contemporains et les perspectives de trouver un job (Source). 

Le Web 3 pourra-t-il offrir de nouvelles perspectives éducatives ?

Le Web 3 au service de l’éducation : quels avantages ?

Ces dernières années, on a vu s’accélérer les pratiques digitales au sein des universités et des écoles. 

Quels avantages le Web 3 peut-il apporter au monde éducatif ? 

1- Protection des données et simplification des usages

Le web 3 colporte toujours la notion de décentralisation. Qu’est ce que la «décentralisation» signifie sur le plan éducationnel ? 

Dans cet écosystème alimenté par la blockchain, il sera possible de créer un portefeuille qui détiendra tous nos documents : diplômes, attestations de stages, bulletins de notes ou encore projets de groupe. Tout sera stocké, sécurisé et infalsifiable (Source). Plus de triche possible !

Comment se matérialisent ces nouveaux usages dans la vie courante ?

i) Création d’un badge numérique:

Ou « Open Badge » ; chaque étudiant-e pourra y stocker tous types de documents : cartes étudiantes, d’identité, de métro, attestation de stage… (Source).

ii) Rôle du NFT: 

Tout diplôme ou attestation de présence pourra être délivré sous forme de NFT, actif numérique infalsifiable, unique et sécurisé (rappel de notre laïus sur les NFT, par ici).

La technologie alimente l’innovation, et les étudiants pourront même devenir des créateurs de NFT (Source). 

2- Accessibilité d’apprentissage et inclusion 

Scott Meyer, entrepreneur et expert du web 3 chez Ed3 mentionne : « la technologie et la philosophie du web 3 offrent de nouvelles possibilités pour que l'éducation devienne plus accessible, abordable et accréditée de manière transparente. Des modèles éducatifs innovants sont actuellement en cours de construction et peuvent fournir une inspiration et des plans pour véritablement adopter un passage à l'Ed3.».

Certaines structures de DAO (en français : organismes autonomes décentralisés) mettent en place des Metaverse Classrooms. Les objectifs et les structures sont presque identiques aux salles de classes numériques que l’on connaît déjà mais vient en plus, s’ajouter une touche d’inclusion plus puissante.

Quelques exemples :

i) Web 3 Decentralized Education :

Permet une inclusion totale, et offre des opportunités d’apprentissage à quiconque postule. Bye bye les écoles de commerce trop sélectives ! Une quantité infinie de cours et de contenus est disponible à n’importe quel endroit et moment de la journée, en connectant son « Open Badge ». Ce qui est intéressant ? Les modérateurs sont les enseignants et les étudiants eux-mêmes. 

ii) Metaversities : 

Créé par Zuckerberg qui a investi 150 millions de dollars dans ce projet mi-université, mi-metaverse en y invitant 400 étudiants (Source). Fait inédit : armés de leurs casques VR, les étudiants en chimie pratiquent directement leurs mélanges depuis leurs salons.

iii) Alter Ego Group : 

Les étudiants pourront bientôt suivre leurs cours en totale immersion (Source). L’entreprise développe MMXXII, un metaverse consacré à la protection du patrimoine culturel. Au programme : conférences enregistrées, découvertes d’objets historiques en 3D (...). En plus d’une éducation abordable et accessible à l’international, les étudiants pourront accéder à plusieurs sites historiques, comme par exemple une version de la bibliothèque d’Alexandrie en Egypte. 

D’autres plateformes internationales, telles que K20 Educators ou Blockchain Academy, offrent la possibilité de suivre des conférences, cours interactifs, et également l’accès à une bibliothèque, des événements, et bien sûr, à une communauté. 

Tu l’auras compris, la blockchain ouvre de nouvelles opportunités et expériences d’apprentissages aux étudiant-es du monde entier.

Demain, avec le réchauffement climatique, les crises énergétiques, les étudiant-es pourront peut-être directement faire partie d’une université de l’autre bout du monde en se connectant tout simplement au Metaverse d’un établissement ? (En espérant d’ici là que la démocratisation des usages se fera sous d’autres formes que celle initiée par Mark Zuckerberg).  

Et demain ?

Le web 3 permet de repenser le processus d’enseignement avec une perspective d’inclusion plus prononcée que ne l’offre l’actuel système « traditionnel » : plus de frontières entre les étudiant-es, possession de ses données personnelles, coûts plus attractifs, et sécurisation de ses diplômes/formations obtenus. 

Quid de demain cher-e Wagmista ?

Evidemment, nous n’en sommes qu’aux balbutiements. Aujourd’hui, l’Education Nationale en France n’offre même pas à l’école élémentaire des cours d’éducation numérique pour expliquer aux enfants (au même titre que nous l'apprenions avec les cours d’éducation civique), les perspectives numériques qui les attendent aussi bien en termes d’opportunités professionnelles, que d’enjeux sociologiques et sociaux. 

💡 Autres interrogations : quels changements attendent la formation des enseignant-es ? En quoi l’horizontalité de la relation tripartite profs/étudiant-es/institutions  viendra-t-elle bouleverser le monde éducatif et les modes d’apprentissage ? Quels seront les métiers de demain ?

Et si l’on pousse la chansonnette un cran plus loin : face aux montées des populismes, des crises multiples (écologique, politique, économique…), est-ce que l’interconnexion entre les étudiant-es participera aux rapprochements des cultures, à la diffusion de la tolérance via des metaverses universitaires qui sauront rassembler, sans frontière, tous les jeunes du monde entier ?

Tu en penses quoi toi ?

Cher-e Wagmista, ce rendez-vous décryptage touche à sa fin, nous te donnons RV mardi pour tes immanquables de la planète Web 3 !

Belle journée,

Khaoula & Alex 💛

Partager cet article

Nous avons sélectionné pour toi d'autres articles qui peuvent t'intéresser

Metaverse : notre nouveau monde ?

🎬 Sebastien Borget