Doers

11/07/2022

Félicie Le Dragon

Co-founder @NFT Factory

"Pour me suivre, il faut pouvoir oser"

Bonjour Félicie, pourrais-tu stp te présenter ?

Mon chemin a pris mille détours. Je viens d'une école de commerce et de marketing. Je suis passée par l'architecture d'intérieur (une marotte d'enfance contrariée par un directeur d'école).

J'ai toujours été très curieuse et attirée par la tech, même si je n'envisageais pas de faire carrière dans ce domaine. Quand mon chemin a croisé celui des NFTs, ça a explosé. J'ai pû réunir tout ce que j'aimais : marques, tech, stratégies.

Tout est à créer, tout est à construire.

Qu'est ce qui t'a poussée à t'intéresser au Web 3 ?

Il y a plus de huit ans, je faisais beaucoup de 3D dans l'architecture d'intérieur.

J'avais investi dans un casque VR pour mes clients et je rêvais de créer de l'interaction directement dans la 3D comme changer la couleur d'un mur ou connaître le prix d'un canapé.

J'ai cherché des entreprises capables de réaliser ça pour moi mais on me disait que c'était trop compliqué, que la technologie ne pouvait pas encore suivre. Même s'il y avait un marché, je ne me voyais pas créer une équipe ou partir à l'étranger pour développer cette idée. Alors j'ai rangé tout ça dans un coin.

Durant le Covid, la chance a été de mon côté. J'ai commencé à m'intéresser aux crytpos. Puis un ami journaliste m'a parlé des NFTs. J'ai visualisé le potentiel pour les marques car ce qui m'intéresse, c'est le côté pratique et l'applicabilité dans le quotidien.

Quels sont tes sujets de prédilection dans le Web 3 ?

Mes sujets de prédilection sont les NFTs et leur application dans le Metaverse.

Les cryptos, c'est intéressant mais je ne suis pas dans une optique spéculative. Même si le marché a dévissé, ce n'est pas très grave. Si on regarde les courbes de manière macro, on voit bien la progression.

Nous vivons simplement un réajustement sain du marché pour repartir sur des bases solides. Cependant, je reste informée, car tout est corrélé : cryptos, NFTs et Metaverses.

Tu as créé NFT Madam. Pourrais-tu stp partager ton projet : genèse, objectifs, vision ?

Au départ, l'idée est de transmettre et diffuser de l'information.

Evangéliser le grand public et leur expliquer que c'est plus simple que ce que l'on imagine. Cela m'a amenée à créer de nombreux contacts, à rencontrer des profils différents.

Des porteurs de projets ont pris contact avec moi pour un projet fou : Les Dirty Panties. Et comme c'était fou, j'ai dit banco !

Aujourd'hui nous partageons notre expertise et notre vision à 360° de la stratégie à la solution tech avec la livraison de smart contracts et marketplace clé en mains.

Quelle typologie de profils travaille chez NFT Madam ?

Nous sommes 5 profils différents et parfaitement complémentaires : stratégie, marketing, graphisme 3D et développeurs. Nous avons chacun une approche globale des projets et nous comprenons parfaitement les enjeux de chaque partie ce qui nous permet d'être réactifs.

la partie purement technique vont découler des contraintes nous obligeant à inventer les choses différemment d'un point de vue marketing.

C'est vraiment une équipe de rêve. Ça nous porte au quotidien et ça nous motive. (Je les aime d'amour, mais il ne faut pas leur dire !)

Aujourd’hui, avec quelle typologie de clients travailles-tu ?

On a plusieurs types de clients :

1. Des clients historiques notamment du secteur du luxe et du retail ;

2. Entertainment ;

3. Des clients dans l’industrie : ici la réflexion est totalement différente, et c’est la partie technique qui prend le pas.

On n’a jamais de solution toutes faites.

Quelles sont les principales problématiques de tes clients ?

Les problématiques et donc les solutions diffèrent selon les secteurs.

Côté, Retail / Luxe : il y a une sorte d’engouement, tout le monde veut y aller. Ils ont l’impression que de ne pas y aller maintenant c’est rater quelque chose.

Au sein de l’agence, on n’aime pas prendre des décisions dans la précipitation car c’est évidemment le meilleur moyen pour les marques de perdre de l'argent. Je les rassure toujours par rapport à ça.

On remet les attentes et leurs problématiques en perspective : pourquoi veulent-ils y aller / Quel est l’objectif de la marque : engager sa communauté ? Amener de la traçabilité ? Toucher une clientèle plus jeune (…) ?

La partie industrie est davantage technique. La question qu’on pose toujours c’est : quelle problématique souhaitent-ils résoudre ? A partir de cela nous proposons une solution personnalisée.

Comment vois-tu la place des NFT dans la vie des gens à échelle de 5 ans ?

Je pense sincèrement que tout le monde utilisera des NFT.

Dans l’absolu, les gens ne réalisent pas qu’on utilise déjà des actifs numériques au quotidien. Notre salaire en est un.

Demain, l’enregistrement ne se fera plus sur un organe centralisé comme la banque mais directement sur la blockchain.

Si on fait un flashback et que l’on revient sur les usages de notre portable il y a 5 ou 10 ans. On n'imaginait pas qu’on pourrait faire autant de choses avec : discuter en vidéo, faire des opérations bancaires, calculer les calories en marchant, regarder la télé (…) On aurait ri, en se disant que le téléphone n'est pas nécessaire, j’ai déjà tout ce qu'il me faut.

Alors qu’en réalité nous avons créé de nouveaux usages à partir d'un seul device et aujourd'hui nous ne pouvons plus nous en passer. Idem pour les NFT, ça évoluera progressivement.

Quels conseils donnerais-tu à une entreprise qui se lance dans le Web 3 ?

Je leur donnerais deux conseils :

1. Réfléchir sur la raison qui les pousse à y aller ;

2. Aider les dirigeants ou les marketeurs à avoir les connaissances suffisantes. Toutes les équipes devraient savoir de quoi on parle.

Plus les échanges d’informations seront simples, plus on pourra construire ensemble.

As-tu un message à faire passer ?

Soyez curieux.

On ne vous demande pas de tout connaître, de tout appréhender et de savoir comment fonctionne la technique. Aujourd’hui, vous ne savez pas ce qu’est un DNS et ce n’est pas grave, en revanche Internet fait partie du quotidien. Ce sera pareil avec l’univers Web 3.

Écoutez des podcasts qui vous intéressent et qui vont titiller votre curiosité. Soyez curieux car la différence entre l'arrivée d’internet et le Web 3, c’est une adoption accélérée car nous sommes déjà équipés : téléphone, tablette, ordinateurs. L’appropriation par le grand public sera donc plus rapide.

Cela passera aussi par les entreprises : avec des évolutions structurelles et conjoncturelles qui ont été générées par la pandémie.

Regarde on fait l'interview par écran aujourd’hui, encore impensable il y a trois ans. L’appropriation de la communication à distance et de manière virtuelle va pouvoir nous projeter très rapidement dans les Metaverses.

Notre objectif chez WagmiTrends c’est de démocratiser le Web 3 et de décrypter cette révolution numérique : penses-tu que cela soit possible auprès de toutes et de tous ?

Il y aura toujours des irréductibles pour x raisons, et qui seront légitimes. Il y a des personnes qui vivent très bien sans smartphones et sans internet.

Je pense que ce ne sera pas l’un OU l’autre mais l’un AVEC l’autre.

Et c'est cette partie là qui m'intéresse dans les Metaverses et les NFT : la cohabitation du monde phygital. Le monde physique aura des interactions dans le Metaverse et réciproquement.

Nous restons humains avec une réelle incarnation : le Metaverse ne supplantera pas notre vie. Il nous amènera un autre type de consommation, à d’autres usages.

Nos petits enfants nous diront un jour : “regarde mamie comment ça fonctionne dans le Metaverse.”

Ce qui est intéressant, c’est que chacun a le choix et rien n’est imposé.

Peux tu nous partager ta playlist ?

Ton livre de chevet ?

Noces d'Albert Camus et Bonjour Tristesse de Françoise Sagan.

Ton film culte ?

Casino. Il y a tout dedans !

Une série crush ?

C'est comme ça que je t'aime. Une série canadienne sur 2 couples, dans les années 70, qui deviennent des gangsters malgré eux. C'est très drôle !

Partager cet article