Doers

20/05/2022

Naomie Halioua

Etudiante @Ecole Polytechnique | Web 3 | DeFi | AI

“J’aspire à bâtir un projet dans le Web 3 qui sera utile à la société.”

Bonjour Naomie, pourrais-tu stp te présenter ?

Je suis franco-israélienne, j’ai 24 ans. Je suis étudiante en dernière année à l’École Polytechnique. J’ai toujours été passionnée par l’IA d’où mon master de recherche à l'X en IA.

En Israël, il y a une forte dynamique autour de l’IA. Israël propose des cours de dév dès le lycée.

Ça fait plus de dix ans que je me passionne sur ces sujets : je n’ai pas arrêté de lire, de me documenter, de m’informer, de me former : j’ai fait des tonnes d'hackathons, cours en ligne et stages.

En fin de M2, j’ai fait un stage dans un grand groupe où j'utilisais l’IA pour vendre plus de produits. Cette expérience m’a désenchantée sur les bienfaits de l’IA.

Qu'est ce qui t'a poussé à t'intéresser au Web 3 ? Et pourquoi ?

J’ai entendu parler du Web 3, je me suis passionnée : ça a été une évidence, j’ai appris et compris. J’ai découvert le Web 3 en lisant les White Papers : et plus j’en lisais, plus je comprenais l’idéologie derrière le Web 3. Si je prends l’exemple du White Paper du Bitcoin, j’ai percuté la vision qu’il y a derrière.

En lisant les White Papers, on comprend vraiment le fond : en quoi le Web 3 influe sur la géopolitique, offre de nouvelles perspectives.

Si tout était basé sur la blockchain, il y aurait moins de problèmes : pas d’erreurs avec les votes, moins de corruption par exemple.

Idem pour l’économie : sans passer par une banque, imagine comme cela pourrait transformer la vie des personnes du tiers monde.

En ce moment, je réalise un stage dans la finance décentralisée. Mon rêve après mon stage : monter ma boîte, créer un projet qui serait utile.

Quels sont tes projets de prédilection dans le Web 3 ?

Je trouve la blockchain révolutionnaire dans la supplychain avec un vrai use case : sécurité et transparence.

Les cryptos sont un des use cases de la blockchain : dommage qu’aujourd’hui, elles ne soient principalement utilisées que pour spéculer.

Dans certains pays sous-développés, tu gagnes mieux ta vie avec du ‘Play to Earn’qu’en allant bosser : dans ce cas-là, le Web 3 et la finance décentralisée c’est révolutionnaire !

Ledger m’impressionne et, je trouve, mérite son statut de licorne, car il y a une vraie utilité derrière son projet.

Je pense qu’on n’a pas encore trouvé l’utilité dans les cryptos et NFT. Aujourd’hui, on récompense principalement des personnes influentes, connues.

Onen est encore aux balbutiements de l’histoire du Web 3 ; c’est pour ça que je veux me consacrer 100% à mon apprentissage pour, à terme, apporter ma pierre à l’édifice et proposer un projet utile.

Peux-tu nous parler de ton Master en Data Science et Blockchain ? Que fais-tu concrètement ?

J’ai fait pas mal de développement quand j’étais en IA, j’étais data scientist. Là, je commence à développer sur la blockchain : je prends des cours de blockchain dans les cours Economie de Polytechnique.

Quel type de projet aimerais-tu bâtir dans le Web 3 ?

Je me suis rendu compte qu’on était peu nombreux dans le Web 3 à avoir une casquette en Maths. Pour lancer des projets DeFi, il faut commencer par bien comprendre quelques modèles économiques et de maths. Quelqu’un qui comprend bien ces sujets a vraiment une valeur ajoutée en finance décentralisée.

J’aspire à bâtir un projet dans le Web 3 qui sera utile à la société.

T'en penses quoi du bear market ?

Ça a du bon et du mauvais.

Le côté positif c’est que le bear market a énormément assaini le marché des cryptos. Les cryptos trop volatiles ont volé en éclat. Je pense que d’ici dix ans, 90% des projets actuels n’existeront plus.

Le point négatif : les gens ont eu peur et cela a entraîné une panique financière généralisée.

Quel cadre de travail envisages-tu ?

A la fin de ma L3, j’ai réalisé un stage dans lequel j'adhérais vraiment à leurs valeurs. Je me donnais énormément.

Puis, j’ai réalisé ma deuxième expérience dans un très gros groupe américain, trop formel, pas out of the Box du tout. Après cette expérience, j’ai refusé des offres d’autres gros groupes américains : je n’adhérais pas au projet de la collecte de la data à des fins économiques.

Penses-tu que dans 10 ans, l'on aura 50% de son épargne placée en cryptos ?

Dans 10 ans, je vois plus d’utilité dans les cryptos qu’uniquement un investissement purement spéculatif comme c’est le cas aujourd’hui.

Nos grands-parents investissent dans de l’or, nos parents dans des actions. Demain, on investira dans des cryptos, plus dans la pierre.

Chez Wagmi Trends, notre objectif c'est de démocratiser le Web 3 et de décrypter la révolution numérique qui s'opère : penses-tu que cela soit possible auprès de tout le monde ?

J’ai beaucoup démocratisée l'IA qui est sacralisée et finalement, n’est qu’un algorithme.

Aujourd’hui, le Web 3 est perçu comme un écosystème de hackers (moi-même je me suis faite pirater mon wallet) ou un environnement d’exil fiscal mais je pense qu’en démocratisant dans le temps, les mentalités évolueront. Avec l’éducation, et le temps, oui.

Peux tu nous partager ta playlist ?

Un bouquin qui t'inspire ?

On m'avait dit que c'était impossible, de Jean-Baptiste Rudelle le fondateur de Criteo (Un des livres qui m'a donné envie de faire de l'entreprenariat !)

Ton film culte ?

12 years a slave basé sur l'autobiographie de Solomon Northup, esclave aux Etats Unis durant le 19ème siècle.

Une série crush ?

Narcos, qui retrace l'histoire de Pablo Escobar.

Partager cet article