16/11/2022

METAV.RS lève 3 millions d’euros

Interview

Co-Founders METAV.RS

Contexte et présentation de METAV.RS

« L’arrivée du web 3 conduit à une décentralisation du web et à l’émergence de
nombreux nouveaux univers virtuels. L’enjeu pour les marques est de pouvoir activer
et piloter simplement leur présence dans ces univers émergents : plus de portée,
des expériences enrichies et uniques déployées simplement tout en conservant le
contrôle de sa marque dans ces univers virtuels ” nous explique Clément Foucher, co-fondateur de METAV.RS.

Fondée en 2022, METAV.RS est une start-up dédiée à l’accompagnement des marques dans les métavers.

La startup met à disposition des marques et des agences une suite d’applications
intégrées leur permettant par exemple de gérer leurs propres univers virtuels –
appelés Minivers.

Accessible depuis un navigateur web, l’internaute peut découvrir l’univers de la marque de manière immersive, interagir avec de nombreux éléments et acheter des biens dématérialisés de la marque (NFT).

METAV.RS compte une dizaine de clients grands comptes, principalement des
marques de luxe et du retail.

La start-up collabore également avec des agences créatives ou des cabinets de consulting afin de leur permettre de gérer de manière centralisée les expériences des marques qu’ils accompagnent, notamment pour les lancements de collections NFTs et la création d’expériences immersives.

Ambition affichée de METAV.RS : devenir la plateforme leader

METAV.RS souhaite démocratiser l’accès aux métavers pour les marques et permettre à des équipes marketing d’intégrer simplement et rapidement du contenu dans des métavers choisis.

L’équipe a notamment déployé une application de reconstruction 3D (3D Builder),
permettant de facilement scanner des objets réels pour les transposer dans le
métavers. Les modèles 3D ainsi générés permettent de créer des jumeaux
numériques qui peuvent être intégrés cross-métavers et/ou intégrés sur des fiches
produits de sites e-commerce pour booster les ventes de produits physiques.

Quels usages pour les marques ?

Cette plateforme permet aux marques des usages :

Interopérables et résilients, connectés avec les principaux métavers et
réseaux sociaux, pour déployer facilement la marque dans de nouveaux
univers virtuels ;

Compatibles avec les principales plateformes e-commerce et applications
permettant de valoriser des NFT, pour des mises en place de jumeaux
numériques ;

Accessibles en permettant le paiement par l’utilisateur en carte bleue et un
accès simple aux expériences de marques depuis un navigateur web ;

Sécurisés et en accord avec la réglementation, indispensable pour le
consommateur et les marques.

Qui est derrière la levée de 3 millions d’euros ?

La start-up, jusqu’alors auto-financée, fait entrer à son capital plusieurs fonds
d’investissements français et étrangers, des entrepreneurs expérimentés ainsi que des figures du web 3.

METAV.RS s’entoure également de Business Angels connus et reconnus comme
David Balland, co-fondateur de Ledger, Sébastien Borget, co-fondateur et COO de
The Sandbox, Michael Amar, co-fondateur de Ifeelgoods et multi-entrepreneur,
Thibault Renouf, CEO de Partoo, Joël Hazan, Managing Director & Partner du BCG,
Sébastien Lalevée, DG de la Financière Arbevel, et Jonathan Bordereau, CEO de
Golden Bees et en charge de l’accélérateur web 3 de 50 Partners.

METAV.RS à la conquête du marché colossal des métaverses

Des technologies combinées mêlant 3D, réalité augmentée et virtuelle et blockchain deviennent matures et permettent de nouveaux usages.

Les enjeux pour les marques sont nombreux, tel que créer de nouvelles expériences et toucher et de capter des audiences telles que les communautés des générations Z et Alpha.

Ces générations très attentives à leur identité digitale passeront près de 4h par jour d’ici 2025 dans les métaverses.

Les marques s’intéressent de près à ces environnements virtuels et à la manière
dont cela transformera leur modèle à moyen terme.

Le seul marché des NFTs de marques de luxe pourrait atteindre 56 milliards de dollars en 2030.

Pas étonnant que toutes les marques réfléchissent désormais de près ou de loin à
leur stratégie Web 3 et l’opportunité que cela pourra avoir sur leur business.

L’équipe de Wagmi Trends a pu échanger avec Simon Foucher, co-founder & CEO de METAV.RS

Bonjour Simon, pourrais-tu s’il te plaît présenter ?

Hello, Je suis Simon Co Fondateur et CEO de METAV.RS, la plateforme pour créer, manager, distribuer et vendre du contenu Web3 à destination du Metaverse. On se compare à un CMS du Web 3, une sorte de Shopify 3.0.

J'ai fait une école de commerce et ça fait 12 ans que je travaille pour des plateformes SaaS B2B. J'ai 3 enfants dont 1 chat.

Qu’est ce qui t’a poussé à t’intéresser au Web 3 ? Et pourquoi ?

Je me suis lancé dans la crypto en 2017 grâce à un ami qui m'a initié.
On était clairement là pour investir et diversifier nos investissements. Comme beaucoup de monde au début, je ne comprenais pas dans quoi j'investissais, et petit à petit j'ai commencé à me renseigner sur les différentes blockchains et différents protocoles.
Puis, on a vu apparaître des cas d'usage liés à ces blockchains, des projets lancés leurs ICO, des sociétés qui commençaient à intégrer telle ou telle blockchain et là, c’est devenu bien plus concret.

Pour toi, c’est quoi le Web 3 ?

C'est la décentralisation et la création de nouveaux usages à travers des assets numériques.

De mon point de vue de marketeur, les Tokens (Crypto/NFTs) sont de supers outils pour les marques et les agences qui vont pouvoir leur permettre de créer de nouveaux usages de nouvelles expériences de marque, tout en développement des stratégies d'acquisition de nouveaux utilisateurs, surtout GenZ et Millennials, et bien sûr, de les fidéliser !

Les marques et les agences doivent profiter de ces technologies émergentes en sur-couche du Web 2.0, et non en remplacement dans un premier temps.

Tu as co-créé Metav.rs, peux-tu stp nous partager la genèse du projet, ses objectifs ?

Avec Jérémie, co-fondateur et CTO de METAV.RS, on avait une précédente société dans la 3D. On suivait de près ces sujets liés aux NFTs et au Métaverse.
On avait pris le nom de domaine METAV.RS en se disant qu'on en ferait peut-être quelque chose un jour.

En octobre 2021, quand Mark Zuckerberg a annoncé qu'il allait renommer le Groupe Facebook en Meta, toutes les marques se sont intéressées au Metaverse. Dans le même temps, le marché des NFTs a explosé. Disons qu'on avait de la chance d'être là au bon moment, d'un côté avec notre expertise sur la 3D et de l'autre notre, d’avoir su et développer notre intérêt pour la Blockchain en connaissances.

Au final, si on schématise le Metaverse, c'est de la 3D et du Web3. Et comme on avait ce nom de domaine très cool et hyper parlant sous la main, METAV.RS, on s'est lancé !

Les marques veulent de plus en plus entrer dans les univers virtuels, ces fameux metavers et gérer leurs présences dans les jeux vidéos. On est là pour les aider !

Les réseaux sociaux traditionnels sont en train d'évoluer vers des interfaces graphiques qui sont de plus en plus en 3D et dans le même temps ces mêmes plateformes intègrent de plus en plus de technologies Web 3 au sein de celles-ci, notamment des NFTs (cf Twitter, Instagram et Snapchat par exemple.).

Dans 5 ans, Metav.rs ça ressemble à quoi ?

Quand je vois ce que l'équipe a accompli en seulement 10 mois d'existence, je me dis qu'on peut aller très loin !

On sait qu'on se positionne sur des marchés à plusieurs milliards de dollars et que la plateforme qu'on développe répond à un besoin grandissant pour les marques et les agences.

Tous les signaux sont au vert pour qu'on puisse se positionner en tant que plateforme leader dans notre secteur. Ce doit être l'outil indispensable pour toute marque qui souhaite se lancer dans le Web 3 et qui souhaite correctement gérer sa présence dans le metaverse.

Comment vois-tu la place du Metaverse dans la vie des gens à échelle de 5 ans ?

Le metaverse a un peu cette image d'un endroit virtuel auquel on accèderait uniquement via un casque de réalité virtuelle, affalé dans un canapé ! C'est un peu l'image dystopique tirée du film Ready Player One. Alors que pas du tout !

Pour nous, le metaverse sera dans un premier temps un ensemble d'univers virtuels en 3D qui commencent à interagir entre eux, vivant en parallèle et reliés au monde réel : des événements réels pourront changer les expériences virtuelles et inversement grâce à la réalité augmentée.

Le metaverse sera adopté aussi grâce à son accessibilité.

Aujourd'hui, la majeure partie de la population ne possède pas de casque de réalité virtuelle, les expériences dans le metaverse doivent être accessibles à partir de supports que nous possédons toutes et tous : smartphones, tablettes et laptops.

Le metaverse, à travers la réalité virtuelle, sera utilisé dans un premier temps dans les environnements professionnels (formations, présentations à des salons etc).

On devrait sans doute voir apparaître de nouvelles lunettes de Réalité Augmentée qui selon moi auront plus de chance d'être adoptées par le grand public et qui permettront de vivre des expériences mixtes entre le metaverse et le monde réel.

Dans le même temps, de nouveaux univers virtuels vont faire leur apparition, d'autres vont se transformer et c'est l'expérience proposée au sein de ces univers qui fera la différence.
Attendons- nous à voir arriver dans les prochains mois et prochaines années de superbes expériences de jeux, et d’autres initiées par des marques car c'est ça qui fera que le metaverse sera vraiment utilisé et adopté !

Que penses-tu des critiques sur le Web 3 ?

Les critiques sont constructives et on est en train de façonner le Web 3 donc elles sont bonnes à prendre.

Concernant les NFTs, on a vu le marché baisser de 99%, ce qui n'est pas étonnant car 99% des NFTs vendus n'avaient clairement aucune utilité et émanaient de projets très moyens. Je comprenais les interrogations des personnes qui disaient "franchement je comprends pas l'engouement des NFTs, à quoi ça sert ?", car il n'y avait pas d'utilities associés à la plupart de ces projets.

Et c'est très humain de vouloir associer une valeur à un prix.

Les marques et les agences avec lesquelles nous travaillons l'ont bien compris, en mettant leurs efforts sur cette création de valeur. Ça ne sert à rien de faire des NFTs pour le simple fait de dire qu'on fait des NFTs.

Les utilisateurs ne voudront plus acheter un NFT pour dire qu'ils possèdent un NFT (ce n'est qu'un outil), ils voudront acheter un asset digital sur lequel est attaché une certaine valeur.

Quand on achète un billet de train, on dit qu'on achète un billet pour pouvoir voyager, on ne dit pas qu'on achète un QR Code. C'est pareil avec les NFTs !

As-tu un message à faire passer ?

On recrute activement et on cherche de nouveaux talents pour rejoindre notre équipe de 20 personnes, donc n'hésitez pas à postuler pour nous rejoindre !

Notre objectif chez WagmiTrends c’est de démocratiser le Web 3 et de décrypter cette révolution numérique : penses-tu que cela soit possible auprès de tous ?

C'est possible en montrant des usages concrets. Forcément on est encore au tout début du Web 3, ce qui fait qu'il y a encore des freins technologiques.

Si on prend par exemple le fait d'acquérir un simple NFT, le processus reste encore très compliqué, ce n'est pas donné à tout le monde.

Comme toute technologie, elle sera adoptée quand les gens ne se rendront plus compte qu'ils utilisent cette technologie.

Ce sera top quand nos pass pour nos festivals préférés seront tokenisés et qu'on pourra les utiliser de manière plus sécurisée et les échanger/ les revendre plus facilement.

Comme je le disais précédemment, on s'en fichera d'acquérir un NFT : le NFT n'étant qu'un moyen et pas une finalité, on cherchera uniquement la valeur associée.

Simon, pour clôturer cet échange, quelles sont tes chansons du moment ?

Partager cet article

Nous avons sélectionné pour toi d'autres articles qui peuvent t'intéresser

Metaverse : Kesako ?

Metaverse : notre nouveau monde ?

🎬 Sebastien Borget