09/11/2022

Rapport exploratoire sur le metaverse :

10 leviers d’actions décryptés par France Meta & Controv3rse

Contexte de la mission exploratoire

Le programme du Président de la République prévoit « un investissement pour construire des métavers européens et proposer des expériences en réalité virtuelle, autour de nos musées, de notre patrimoine et de nouvelles créations, en protégeant les droits d’auteur ».

Février 2022 : le Ministère de l’Economie, de la Culture, de la Finance et de la Relance, le Secrétaire d’Etat chargé de la Transition numérique et des Communications électroniques coopèrent afin d’envoyer une lettre de mission, à l’origine de ce rapport exploratoire.

  • Qui répond à cette commande interministérielle ?

Le rapport – ou mission – exploratoire est publié fin octobre 2022 par Camille François, chercheuse à Columbia University, Adrien Basdevant, avocat au Barreau de Paris, et Rémi Ronfard, chercheur à Inria.

  • Quelle est la mission du rapport ?

La mission permet au gouvernement d’appréhender les risques du metaverse afin de se saisir des clés principales pour constituer une stratégie 100% française et se démarquer à l’international. Tout au long du rapport, les auteurs énoncent des pistes de réflexion, des préconisations ainsi que des recommandations.

  • Pourquoi France Meta et Controv3rse se sont emparés du sujet ?

Deux associations à but non lucratif, France Meta et Controv3rse, collaborent pour analyser les quelques centaines de pages du rapport exploratoire et les démocratiser au plus grand nombre.

Qui sont France Meta & Controv3rse ?

Il s’agit d’une association formée de 1500 adhérents : développeurs DeFi, avocats, entrepreneurs et autres spécialistes en metaverse.

Nous t’invitons à relire le portrait de son co-fondateur vice-président, Emmanuel Moyrand.

Emmanuel nous y révélait que l’objectif du projet vise à « soutenir les initiatives francophones du monde du metaverse pour proposer une alternative aux initiatives centralisées. »

  • Controv3rse : un « Think tank » des metaverses Européens

Association formée de 70 entrepreneurs et experts du metaverse qui a comme mission de déchiffrer la complexité des enjeux de cette technologie immersive.

Objectif : éclairer les décideurs publics à travers des publications dans la presse spécialisée.

Le rapport vu par France Meta et Controv3rse : quels objectifs ?

Selon les experts réunis pour le décryptage, ce rapport fait état d’un travail d’audition et de synthèse en soutien aux acteurs tech, visant à construire les metaverses de demain.

Le rapport appelle le gouvernement à bâtir une approche tournée vers l’investissement en recherche, en innovation et en arts immersifs.

3 objectifs :

  1. L’État doit jouer un rôle moteur dans cette nouvelle ère technologique sur le plan national, européen, et également international.
  2. L’Etat doit investir dans les recherches, et encourager les acteurs français dans la construction de metaverses, à travers une politique publique de soutien au secteur. A suivre : les plans de financement France 2030 : PIA4 (4e Programme d’Investissement d’Avenir), PEPR (Programmes et Équipements Prioritaires de Recherche) et ANR (Agence Française de Financement).
  3. L’Etat doit miser sur les usages culturels français, recommander des procédures et des outils de régulation face aux risques de domination technologiques extérieures.

En bref, la France a une mission : porter le projet du développement des metaverses et être fédératrice face aux prémices du déploiement de tout un écosystème.

Mission exploratoire : les 10 leviers d’actions

La mission exploratoire s’empare des problématiques qui entourent les expériences du metaverse, et ses auteurs proposent 10 leviers d’actions à mettre en place par l’Etat.

France Meta et Controv3rse communiquent leur avis de spécialistes en technologies de l’immersion.

Nous te listons les dix propositions des auteurs du rapport, suivi de l’expertise des deux associations :

#1. Saisir l’opportunité des prochains Jeux Olympiques et Paralympiques pour lancer des appels d’offre autour des expériences de metaverses

  • Le + : On encourage l’apprentissage, les phases de test et d’appropriation des technologies immersives par les entreprises spécialisées.
  • Le - : Les associations dénoncent des appels d’offre (trop) cadrés : ils ne pourront pas solutionner les éventuelles problématiques autour de cet écosystème.

#2. Motiver les acteurs français du numérique et européens à participer activement aux discussions sur l’interopérabilité des technologies de l’immersion

  • Le + : On favorise la communication des acteurs français et européens, et on normalise ces technologies à plus grande échelle.
  • Le - : Un modèle initié par un des GAFAM – le Métaverse Standards Forum – est évoqué comme principal organisme de normalisation. Ce qui va à l’encontre des enjeux du metaverse (et de la mission de France Meta !).

#3. Amener les pouvoirs publics vers l’émergence des metaverses interopérables, sur le modèle du dispositif France Connect

  • Le + : Cette proposition motive, via les services publics, les initiatives technologiques ouvertes, gratuites et de confiance.
  • Le - : Selon les experts des deux associations, l’emploi de ce type de dispositifs permettent à l’algorithme de Google de les concurrencer, car l’open data (ou données ouvertes) laisse l’accès et l’usage libre à tout utilisateur. Bémol ? La mission du Web 3 est d’écarter ces modèles centralisés.

#4. Renforcer l’analyse des différentes chaînes de valeur du metaverse, dans le but de guider les investissements stratégiques, et d’éviter la fuite de valeur

  • Le + : Cette analyse permettra de clarifier le modèle économique et l’identification des positions stratégiques de tout l’écosystème.
  • Le - : La question que les experts se posent est : comment analyser ces chaînes de valeurs si aucun modèle économique n’est encore lisible ou prouvé ?

#5. Mettre en place des commandes publiques afin de soutenir les institutions françaises (technologiques et culturelles) vis-à-vis des objectifs de souveraineté

  • Le + : Ces commandes publiques occasionneront les phases de tests, d’apprentissages et d’appropriations de cette nouvelle technologie du metaverse.
  • Le - : Pas de points négatifs pour cette proposition !

#6. Anticiper le travail d’adaptation aux cadres de régulation adaptés aux enjeux du metaverse – RGPD, DSA, DMA

  • Le + : Cette proposition répond au (grand) besoin de chartes et de textes législatifs pouvant cadrer les bonnes pratiques autour du numérique immersif (données personnelles, données mentales, identité numérique, fiscalité, …).
  • Le - : Aucun axe d’amélioration énoncé par les experts.

#7. Investir dans les outils et les techniques d’analyse des technologies metaverses afin d’en détecter les violations

  • Le + : On évite ainsi les infractions, ce qui pourra permettre à la France d’adopter une position souveraine, en terme de numérique.
  • Le - : Aucun !

#8. Investir dans les formations et les recherches publiques mêlant informatique, neurosciences et sciences sociales, en vue de développer des metaverses expérimentaux orientés par les besoins sociétaux autour de la culture, de la santé et de l’éducation

  • Le + : Cette solution permet à l’Etat de se renseigner, d’expérimenter, et d’anticiper les problématiques futures autour du métaverse.
  • Le - : Selon les experts de France Meta et Controv3rse, «développer des métavers est le rôle des entrepreneurs », qui verront leurs actions mal orientées par des appels d’offre (trop) pilotés.

#9. Création d’un institut de recherche et de coordination – sur le modèle de l’Ircam – qui réconcilie recherche, innovation, et arts immersifs afin d’allier le travail des chercheurs et des artistes 

  • Le + : Le modèle de l’Ircam est le meilleur pour servir d’exemple, puisqu’il s’agit d’un institut de recherche mêlant innovation, création musicale et recherche scientifique.
  • Le - : Les experts s’interrogent : la coordination des startups avec d’autres filières sera-t-elle envisageable ?

#10. Mesurer l’impact environnemental des infrastructures des metaverses et développer des solutions écoresponsables 

  • Le + : Pas de points positifs énoncés par l’association…
  • Le - : …car les enjeux environnementaux (même s’ils doivent obligatoirement être pris en compte) cachent l’importance de l’impact du metaverse sur l’économie mondiale. Selon les associations, le rapport manque de rappeler l’existence de startups qui ont pour objectifs de résoudre les problématiques de développement durable.

Et demain ?

Le rapport appelle la France à jouer un rôle moteur dans l’investissement en innovation en arts immersifs. Il fait guise de feuille de route au programme du gouvernement.

Comme tu viens de le lire, France Meta et Controv3rse en collaborant, mettent en lumière l’intérêt de certaines recommandations, tout en énonçant leurs lacunes.

En bâtissant une approche tournée vers l’investissement en innovation et en arts immersifs, pourrait-on voir une ville française ou même la France tout entière devenir la référence européenne, voir mondiale du metaverse ?

Partager cet article

Nous avons sélectionné pour toi d'autres articles qui peuvent t'intéresser

Metaverse : Kesako ?

Metaverse : notre nouveau monde ?